Accueil
AAMCI
Notes de l'auteur
LES NEWS DU SITE
Formulaire de contac
LIVRE D'OR
PLAN DU SITE
2° guerre mondiale
La neige et le feu
les premiers du 1°
avec les paras du 1°
les Vosges
l'Alsace
de Jebsheim à Avord
Création Pau / Idron
les entrées du Camp
vue sur le Camp
Idron/col de Fornel
Le Hameau
L' Abandon
Le Camp en Ruine
Epilogue
Le Camp en 2016
le temps de la BETAP
Humour II / 1° R.C.P
Humour Parachutiste
1° RCP en Indochine
Dien Bien Phu
Indochine
la 3° en Indochine
Moulins / Idron
Algérie (jumelles)
Algérie
Commandant PHILIPPON
Royal Auvergne  AFN
18° R.C.P. Algérie
18° RCP
1er RCP Algérie
L'escadron Algérie 1
L'escadron Algérie 2
L'escadron Algérie 3
L'escadron Algérie 4
L'escadron Algérie 5
Noir 1 en Algérie
1° RCP et le putsch
Moulins-les-Metz
Mort pour la France
Années 60 / CQG
Manuel et Moniteur
Mouchoirs d'Instruct
Poignards au 1° RCP
Gaines Individuelles
Les quilles
caricatures
Goliath
Para neige
Para neige 2
Les années Pinatel 1
Les années Pinatel 2
Les années Pinatel 3
Années 70
Témoignages 1971
Témoignages 1971 (2)
juillet 1971
Pentathlète (1)
Pentathlète (2)
Où est donc Gillou
Un ministre à Idron
La piste le camp (1)
La piste le camp (2)
Volontaire para 1
Volontaire para 2
Volontaire para 3
Volontaire para 4
Volontaire para 5
Volontaire para 6
Volontaire témoign..
Exercice N'DIAMBOUR
Exercice KATCHA-MAYU
Années 70/80 divers
Drakkar 1
Drakkar 2
Drakkar 3
le Camp de Ger
la 1° compagnie
la 1° en Allemagne
la 2° compagnie
La 2 sur le Caillou
la 3° compagnie
La 3 au Gabon
La 3 à la Réunion
la 4° compagnie
la compagnie d'appui
La C A à Bou Sfer
La Section RASURA
la Section RASURA 2
l'escadron de reconn
la CCS
l'ordinaire
la 12° compagnie
Musique 11° DP 1
Musique 11° DP 2
Musique 11° DP 3
Musique 11° DP 4
La meilleure façon..
Mémoire d'Anciens
Les 3 B
Hôtel SC Borde
Saint Michel
Chefs de corps
Héritage 1° RCP
Héritage/symbolique
Fanions du 1° RCP
Officiers Appelés
1 RCP camp de Souge
Ephémérides Souge
En stage à l'ETAP
Fanions du 9° RCP
Fanions du 14° RCP
Histo du 18° R.C.P.
Fanions du 18° RCP
Requiem Parachute
Prière d'un fanion
Général de Biré

 

 

( vous êtes page 3 )  ► cliquez ici pour aller page 4

 

Après cette brillante démonstration l' ESCADRON rentre sur ALGER - AIN TAYA .non pas en aérotransport ,. mais en un véritable raid,de quelques 500 kilomètres alternant piste et route ,plein Nord .en traversant le SAHARA par LAGHOUAT ,DJELFA ,puis les  PLATEAUX dénudés jusqu' à BOGHARI et enfin ALGER par BLIDA .





En convoi sur une bonne piste .Les jeeps sont à "distance poussière" .A la bouche du 106, en configuration déplacement loin de l' ennemi ,un cache en toile et cuir protège le canon des poussières .Bien qu'il soit en acier de remarquable qualité le nettoyage du canon est une opération longue et fastidueuse .

 




Traversée d' une petite localité .Ce pourrait être BOGHARI .Notez les sacs de type bergham suspendus sur les flancs de la jeep .En effet avec trois passagers il ne reste guère de place dans le véhicule .





En fin d' après midi le bivouac est monté .chaque peloton ayant sa zone .Quelques sentinelles en poste à bord des jeeps mitrailleuses suffisent à assurer la sécurité du bivouac .Les rebelles n' envisageraient pas à priori d' attaquer l' ESCADRON , mais mieux vaut ne pas les tenter .
 
En cours de route , profitants d' immenses étendues vides de la moindre population ;le Capitaine BIZARD organises des séances de tir .




Tir à la mitrailleuse AA 52  au niveau peloton .L' AA 52 à terre en version Mitrailleuse est beaucoup plus stable qu' en version Fusil Mitrailleur .

 




Les éléments de la S.M.L. en renforcement préparent les pièces  .A la gueule du mortier de 120 : le crochet d' arrimage au vehicule tracteur  ( un 4 / 4 en principe )

 




Les pièces sont mises en batterie .Les servants conditionnent les munitions pour le tir .Au dos des casques un triangle identifie  l' unité des servants .

 




Un équipage de jeep 106  plus un quatriéme homme désolidarisent un canon de son affut .Cette opération est assez délicate et en principe l' équipage à trois suffit pour effectuer les mises en batterie à terre et les remises en position de route sur la jeep .L' ensemble canon affut pèse 200 kilos .A l' arrière on voit les munitions de 106 dans leur conteneur de carton noir .

 




Le Sergent chef LEGRAND - JACQUES désigne les objectifs d' un groupe  106 .On voit bien le tireur face à sa lunette de tir  . L' axe de visée est perpendiculaire à l' axe du tube ;Le canon est surmonté d' une mitrailleuse de 50 dite arme de réglage .Le tube de 106 et le tube de 50 sont simbleautés de façon à se trouver en convergence à iooo mètres .

 




Les pièces sont  en ligne et tirent à tour de role .Bien qu'il existe des munitions anti personnels dans les surplus U.S. ,l'Armée Française n'est dotée  que de munitions anti char .Pour chaque obus de 106 le tireur dispose de 3 cartouches de réglage de calibre 50 .Sur objectif fixe la pièce est remarquablement précise .Un bon tireur peut atteindre une cible de la taille d' un beret à 1000 mètres .Le départ du coup est particulièrement spectaculaire et impressionnant . .

 




Le soir sur les Hauts Plateaux il ne fait pas chaud en Janvier . Un petit feu est bienvenu pour réchauffer hommes et bidons en vue du café .LAMBOLEY , DUPOUTS et OLAGNON .

 




Recomplètement en carburant sur l' itinéraire du retour à AIN TAYA .Le para de droite verse une nourrice dans le réservoir de la jeep ,dont tout le monde ne sait pas que le bouchon se situe sous le siège du conducteur .





Le parcours est émaillé des incidents habituels .Avec trois hommes d' équipage et un canon de 200 kilos les jeeps s' enlisent  facilement .




L ' ESCADRON AU COMBAT . Algérie 1959.



 

 

 
Le Général CHALLE accompagné du Colonel COUSTEAU passe en revue le 1° RCP et arrive à hauteur de l' ESCADRON .Capitaine BIZARD , Lieutenant GRANGER , sous Lieutenant GUILLON ,  Porte Fanion  à la LICORNE : Sergent Chef BEYLIER
 
 
L' année 1959 verra la mise en application du PLAN CHALLE . En fait rien de nouveau ,mais plutot la concrétisation d'une volonté  de meilleure mise en oeuvre des procédés déja expérimentés
 
:verrouillage hermetique des frontières pour interdire le renforcement de la rébellion et le renouvellement des bandes détruites
 
:maintien du quadrillage destiné à occuper le terrain et à détruire l 'Organisation Politico Administrative (OPA)
 
:création des Commandos de Chasse et des HARKAS pour débusquer et marquer les bandes armées
 
:engagement dans la durée des FORCES d' INTERVENTION pour détruire l' ennemi au coeur mème de ses zones refuge .
Ce sera la grande époque des paras , et des commandos de chasse . Le lieutenant JOSZ - futur commandant de compagnie de VERT au CAMP d' IDRON  - fut un de ces chefs de commando .(Cdo BERNARD)


 

 

 
Fanion du Commando BERNARD  orné de l' attribut spécifique des COMMANDOS de CHASSE Ce commando était en fait une véritable compagnie à 6 sections .
 


Le Lieutenant Bernard JOSZ  défile à la tète de son commando . Beret noir , tenue panachée veste cam , pantalon vert armée ,rangers,équipements en toile  : c' est la tenue des commandos de chasse .
Tous les anciens du CAMP d' IDRON  ( années 70) reconnaitront la silhouette du Commandant de Compagnie de VERT ou de l' Officier Supérieur Adjoint !! Un personnage unanimement apprécié au 1° RCP .


 Briefing du Chef de commando avec les chefs de section avant une opération héliportée .


Le 1° R.C.P. va être engagé à fond , avec toutes ses unités pendant l' année 1959 , qui sert  de cadre à notre évocation  focalisée sur l' ESCADRON .
 
Les bilans illustrent l' intensité des combats soutenus par l' ESCADRON .  .Il n' est certes pas toujours aisé d' attribuer un bilan à telle compagnie plutot qu' à telle autre .En effet si l' action combinée des unités influe grandement sur le déroulement du combat ,elle  n'est guère quantifiable ,en outre il est fréquent qu' un objectif soit "traité" simultanément par plusieurs unités .
Toujours est il que de janvier à décembre 1959 l' ESCADRON est crédité de 208 rebelles mis hors de combat et 107 armes récupèrées .
Hélas ce magnifique résultat aura été acquis au prix de 11 tués et 26 blessés ...
 
   Fort de 220 hommes , apte au combat moderne , comme l'ont démontré l' épisode de CHYPRE ou l' Opération VIOLET ,l'ESCADRON est une unité solide et aguerrie, marchant plus souvent à pied que roulant en jeep .Les canons de 106 S.R. ne seront donc presque jamais utilisés contre des rebelles contraints au combat dans des zones impraticables aux véhicules ..


Les jeeps étaient aménagées pour être équipées au besoin , de canons de 75 S.R. Dans ce cas elles pouvaient sans problème tracter une remorque quart de tonne .
 
L' ESCADRON se composait de 6 Pelotons :
- un Peloton de Commandement ( Hors Rangs) 2 jeeps armées , un 4/4 affut mitrailleuse de 50 ( 12,7 ) et deux G.M.C. d' allègement pour le soutien de l' Unité
- trois Pelotons de canons de 106 sans recul ( identiques) Chaque peloton étant composé d' une jeep radio pour le chef de peloton et de deux patrouilles composées    chacune d' une jeep armée ( AA52 ) et d'une jeep canon de 106 SR.
- un Peloton Porté sur jeeps armées
- un Peloton Mixte composé pour moitié de HARKIS .sur jeeps armées avec un 4/4 d' allègement .
Les photos de la manoeuvre VIOLET présentent l'ESCADRON à 136 hommes sur  jeeps armées de mitrailleuses AA 52 et  jeeps canon de 106 S.R.
Il faut noter que contrairement à une idée reçue il n' avait pas de mitrailleuse de 12,7 sur jeep !!
 


Sur cette photo du Peloton GOUTTENOIR on reconnait distinctement les trois types de jeeps : canon de 106 SR , mitrailleuse de 7,5 AA 52 au canon renforcé ,et radio du chef de peloton .
 
Comme leurs camarades des autres unités les chasseurs parachutistes de l' ESCADRON étaient dotés des équipements de toile type T.A.P.modèle 1950 A partir de Juillet 1959 les fusils 49/56 ,les AA 52 ont remplacé les fusil 36 et les F.M. 24/29 .Les chefs de peloton détenaient des carabines U.S. à crosse pliante .Les P.A. MAC 50 et les Pistolets Mitrailleurs MAT 1949 complétaient la dotation des pelotons .


.Le radio ANRPC 10 , porte un PA MAC 50,les deux hommes du milieu un FSA 49 / 56 , celui de droite un PM MAT 49 .
Les grenades à main - dont une D.F. quadrilléé,sont accrochées par la cuiellere au ceinturon ...alors que nos paras sont équipés de portes grenades .Les chargeurs de fusil sont fixés aux revers de poches ou aux bretelles de suspension .Il semble que les poignards visibles soient non réglementaires .Une large initiative était laissée aux chasseurs parachutistes,pour adapter à leur convenance certains détails de la tenue .L' ESCADRON porte des tenues "cam" modèle 47/56 avec un beret en toile " cam" assez peu seyant qui cédera bientot le pas à la fameuse casquette dite BIGEARD .
 
 



Nous ne détenons pas ou presque de photos des combats proprement dits ...cela s' explique tout simplement par le fait que lors des accrochages nos chasseurs parachutistes n' avaient guère le loisir de se muer en reporters de guerre !!!
 
 
 
          Le 7 Février au petit matin les compagnies quittent leurs bases du littoral pour la KABYLIE .


 

Il fait froid dans les caisses débachées des camions ( ici un simca) Le Sergent A. MAZIARZ s' est procuré un coupe vent efficace et très couleur locale : une djellabah "récupèrée"
 
 
Le 13 Février 1959 ,le Caporal Gilbert LAMBOLEY est tué lors d' un accrochage dans le Secteur de MAILLOT


Le Caporal LAMBOLEY figure a gauche sur ce cliché .en compagnie de ses camarades DUPOUTS et OLAGNON
 
Le 4 Mars prise d' armes au CAP MATIFOU puis retour en KABYLIE le lendemain .


Certains sont mis en place en hélicoptères ...l' ESCADRON pour sa part , gagne ses bases d' engagement par la piste, à pied .
 
Le  5 Mars 1959 combinant son action avec celle de la 2° Compagnie l' ESCADRON donne l' assaut et détruit une section rebelle durement éprouvée par les appuis aériens et l' artillerie .Au cours de l' assaut final Le Sous Lieutenant Gérard FROMONT tombe à le tête du 4° Peloton.Son adjoint le Sergent DELPECH est blessé ainsi que les chasseurs parachutistes VERNUSSE et DRAÏ .


 Le Sous Lieutenant FROMONT



 Le Sergent DELPECH à droite du trio .(pendant l'Opération VIOLET )



Le 20 Mars le 1° R.C.P. est mis en place par véhicules dans le CONSTANTINOIS
 
Le 22 Mars 1959 le commandement lance une action importante contre la Katiba 321 dans la région des PORTES de FER (Constantinois) Le colonel COUSTAUX commandant le régiment est blessé au cours de ce qui demeurera un des plus beaux combats du 1° RCP en ALGERIE .La participation de l' ESCADRON  y fut déterminante .Alors que VERT , NOIR et GRIS sont héliportées l' ESCADRON arrive sur les lieux à marche forcée


A peine débarqués les Peloton ganent leur zone d' engagement .Le para au premier plan porte un tour de cou . Devant lui des membres d' une Equipe FEU ( servants d' AA 52) reconnaissables aux saccoches porte bandes fixées sue leur musette
.La chasse et les B. 26 matraquent les positions rebelles


 Avions d' appui au sol( T 9 ?) en attente d'intervention  .Le paysage au fond fait penser à AIN ARNAT ( SETIF)



 Les appuis feu ont incendié le djebel autour de la position ennemie .


                                                                                             ► cliquez ici pour aller page 4

    www.1rcp.fr

 

 

 


campidron.fr  | campidron@wanadoo.fr