Accueil
AAMCI
Notes de l'auteur
LES NEWS DU SITE
PLAN DU SITE
LIVRE D'OR
Formulaire de contac
2° guerre mondiale
La neige et le feu
les premiers du 1°
avec les paras du 1°
les Vosges
l'Alsace
de Jebsheim à Avord
Création Pau / Idron
les entrées du Camp
vue sur le Camp
Idron/col de Fornel
Le Hameau
L' Abandon
Le Camp en Ruine
Epilogue
Le Camp en 2016
le temps de la BETAP
Humour II / 1° R.C.P
Humour Parachutiste
1° RCP en Indochine
Dien Bien Phu
Indochine
la 3° en Indochine
Moulins / Idron
Algérie (jumelles)
Algérie
Commandant PHILIPPON
Royal Auvergne  AFN
18° R.C.P. Algérie
18° RCP
1er RCP Algérie
L'escadron Algérie 1
L'escadron Algérie 2
L'escadron Algérie 3
L'escadron Algérie 4
L'escadron Algérie 5
Noir 1 en Algérie
1° RCP et le putsch
Moulins-les-Metz
Mort pour la France
Années 60 / CQG
Manuel et Moniteur
Mouchoirs d'Instruct
Poignards au 1° RCP
Gaines Individuelles
Les quilles
caricatures
Goliath
Para neige
Para neige 2
Les années Pinatel 1
Les années Pinatel 2
Les années Pinatel 3
Années 70
Témoignages 1971
Témoignages 1971 (2)
juillet 1971
Pentathlète (1)
Pentathlète (2)
Où est donc Gillou
Un ministre à Idron
La piste le camp (1)
La piste le camp (2)
Un Officier Para
Volontaire para 1
Volontaire para 2
Volontaire para 3
Volontaire para 4
Volontaire para 5
Volontaire para 6
Volontaire témoign..
Exercice N'DIAMBOUR
Exercice KATCHA-MAYU
Années 70/80 divers
Drakkar 1
Drakkar 2
Drakkar 3
le Camp de Ger
la 1° compagnie
la 1° en Allemagne
la 2° compagnie
La 2 sur le Caillou
la 3° compagnie
La 3 au Gabon
La 3 à la Réunion
la 4° compagnie
la compagnie d'appui
La C A à Bou Sfer
La Section RASURA
la Section RASURA 2
l'escadron de reconn
la CCS
l'ordinaire
la 12° compagnie
Musique 11° DP 1
Musique 11° DP 2
Musique 11° DP 3
Musique 11° DP 4
La meilleure façon..
Mémoire d'Anciens
Les 3 B
Hôtel SC Borde
Saint Michel
Chefs de corps
Héritage 1° RCP
Héritage/symbolique
Fanions du 1° RCP
Officiers Appelés
1 RCP camp de Souge
Ephémérides Souge
En stage à l'ETAP
Fanions du 9° RCP
Fanions du 14° RCP
Histo du 18° R.C.P.
Fanions du 18° RCP
Requiem Parachute
Prière d'un fanion
Général de Biré
Liste Brevets Para

 

en stage à l'ETAP ( mis en ligne juillet 2014 )

                                                                                                                                                       Page 1 / 3

      

             ►EN STAGE A L'ECOLE DES TROUPES AEROPORTEES ( E.T.A.P. ) 

 
                      Nous ne ferons pas l'historique de l' Ecole des Troupes Aéroportées (ETAP ) pas plus que nous ne passerons en revue la liste des stages et leur évolution , tout cela relève des attributions de l' Ecole .Notre propos est d' évoquer le stage d'obtention du Brevet de Parachutiste et les stages de qualification au saut à ouverture commandée retardée ( SOCR ) vus par des candidats issus du 1° R.C.P. CAMP de SOUGE (années 198O - 1990 ) époque ou on été prises la presque totalité des photos .
 
Cette carte montre la situation de l' ETAP entre l' aérodromme et la ville de PAU .(Photo extraite de la Plaquette de garnison de PAU édition 1989
                
                "Cette carte montre la situation de l' ETAP entre l' aérodromme et la ville de PAU .(Photo extraite de la Plaquette de garnison de PAU édition 1989 )"
 
Ce portique en forme de coupole aplatie accueille les futurs stagiaires au début de la majestueuse  allée de platanes qui conduit à l' entrée de l' ETAP
 
                " Ce portique en forme de coupole aplatie accueille les futurs stagiaires au début de la majestueuse  allée de platanes qui conduit à l' entrée de l' ETAP - CAMP d' ASTRA à PAU -De part et d' autre de l'insigne de l' ETAP les insignes rappelant sa double subordination .A l'époque ou fut prise la photo l'ETAP était subordonnée à la Région Militaire de BORDEAUX et au commandement des organismes de formation de l' armée de terre (COFAT )"
 
vues de l' ETAP datant des années 50 pour l'une et des années  60 pour l' autre     Un observateur interessé si non averti pourrait noter l' évolution du casernement et de l' espace d'instruction depuis son stage de Brevet et la date de prise des clichés
 
              " Deux vues de l' ETAP datant des années 50 pour l'une et des années  60 pour l' autre . Un observateur interessé si non averti pourrait noter l' évolution du casernement et de l' espace d'instruction depuis son stage de Brevet et la date de prise des clichés ."
 
Tous les batiments ne sont pas identifiés ,ceux concernant le séjour du stagiaire ont été privilégiés  
 
              
plans renseignés permettant au stagiaire de se situer
 
  ci-dessus, deux plans renseignés permettent au stagiaire de se situer .Tous les batiments ne sont pas identifiés ,ceux concernant le séjour du stagiaire ont été privilégiés ( Photos extraites des plaquettes d' accueil de l' ETAP années 1972 et 1991"
 
 
  Gros plan sur le Poste de Commandement et son environnement (années1980 )
 
                                                                                     Gros plan sur le Poste de Commandement et son environnement (années1980 )

 Vue d' ensemble de l' ETAP (années 1960)

 Vue d' ensemble de l' ETAP (années 1960) Sur cette dernière on observe que la Salle d' Honneur des Troupes Aéroportées est en cours de construction -en bas au centre entre la sepp et le Mess des Officiers

 

 

Tout stage à l' ETAP commence par une vérification de l' aptitude .

     Les tests TAP constituent un passage obligé ...
 
Le temps n' est guère représentatif du beau ciel de PAU      un peu de fraicheur au début de l' automne n' est pas pour déplaire aux stagiaires
 
      " Le temps n' est guère représentatif du beau ciel de PAU ,cependant un peu de fraicheur au début de l' automne n' est pas pour déplaire aux stagiaires .L'itinéraire du 8 kilomètres a varié selon les conditions du moment .Dans les années 60-70 on sortait sur la D 816 en passant devant la SEPP ,puis on empruntait cette départementale par l'ouest et l'on rejoignait la  D 289 pour prendre en direction de l' aéroport sur un kilomètre environ .Le pont de l' AYGUELONGUE marquait la moitié de la distance .C' est à partir de ce célèbre pont que l'on faisait demi tour pour rentrer par l'itinéraire inverse .Pour ne plus être tributaire de l'itinéraire routier  en raison de la circulation sans cesse plus importante le Général CAILLAUD avait aménagé une piste faisant le tour du CAMP de l'ASTRA .Malgré un parcours souple et ombragé ,la "Piste CAILLAUD " ne connut pas le succès escompté .Au début des années 90 elle était même tombée en relative désuétude ."
 
    Les stagiaires portent soit le sac marin soit la musette TAP modèle F2 lestés avec des éléments du paquetage
 
    " Le Départ et l' Arrivée se situaient sous la passerelle du PC devant le service des Sports .En rouge des moniteurs de l' ETAP  (Contre le pillier N'GUYEN et LETOUTOUR  ).Les stagiaires portent soit le sac marin soit la musette TAP modèle F2 lestés avec des éléments du paquetage .Cette mesure parait plus adaptés à la finalité du test que ne l' était l'emploi d'un  boudin de sable enroulé dans l'ancienne musette TAP  modèle 1955 ."
 
 itinéraire familier aux anciens .Départ P.C. passage devant la SEPP,Départementale 816 par les points 201,198,Escale ,Infirmerie, puis Départementale 289 par le Nord Est jusqu' au pont sur l' AYGUELONGUE et retour par le même itinéraire Arrivée au PC .Avec un peu d' entrainement le parcours se déroulait en 45 minutes "
 
  itinéraire familier aux anciens .Départ P.C. passage devant la SEPP,Départementale 816 par les points 201,198,Escale ,Infirmerie, puis Départementale 289 par le Nord Est jusqu' au pont sur l' AYGUELONGUE et retour par le même itinéraire Arrivée au PC .Avec un peu d' entrainement le parcours se déroulait en 45 minutes "

 

 

 

Stage pour l'obtention du Brevet de Parachutiste Militaire

 
             La zone ouest de l' ETAP était consacrée aux divers agrés de préparation au saut . C' était le domaine de l' Instruction pour le Brevet Parachutiste ( IBP ) alias Instruction du personnel homme du rang (IPHR)On y trouvait les tours de départ et d' arrivée , des maquettes ( cages à poules ) de NORD 20501 et Transal ,des bancs pour l' apprentissage des roulers ,des portiques avec des cadres oscillants ....
Tout cela existait encore au temps ou le 1° R.C.P. tenait garnison au CAMP de SOUGE ."
 
cartes postales vendues au foyer de l' ETAP
 
                 " Ces trois cartes postales vendues au foyer de l' ETAP présentent : l' apprentissage des rouler de la tour d' atterrissage  ( Manuel du moniteur , atterrissage leçons  4 à 6 ) et du  banc .( Manuel du moniteur Atterrissage  leçons 7à 12 )  Les roulers sont dits avants , arrières et latéraux  ils s'effectuent à droite ou à gauche  .Le portique avec harnais suspendus  (Manuel du moniteur  Harnais suspendu leçons 1 à 6 ) permet d' acquérir à l' état de reflexe la capacité à executer toutes les actions à effectuer sous voile "
 
 position de sortie individuelle à la maquette du Nord 2501  (Manuel du moniteur Maquette leçon 1 et 2 )
 
                " L' adjudant chef BRAULT prend la position de sortie individuelle à la maquette du Nord 2501  (Manuel du moniteur Maquette leçon 1 et 2 ) Instructeur de grande qualité l' adjudant chef BRAULT avait été affectueusement surnommé BILLY the KID par les Officiers d'un stage SOCR en 1972 "
 
Travail au Harnais suspendu     Dans le ciel un C 160 Transal prend l' axe de la zone de Saut de WRIGHT a partir en gros des années 90 tous ces portiques seront protègés des aleas méteo  par la construction de hangars
 
             " Travail au Harnais suspendu .Le moniteur a bien disposé sa classe ainsi que le prévoit le Manuel du Moniteur -édition 1969 -Dans le ciel un C 160 Transal prend l' axe de la zone de Saut de WRIGHT a partir en gros des années 90 tous ces portiques seront protègés des aleas méteo  par la construction de hangars "
 

 

 

        La TOUR d' Atterrissage bénéficiait encore de la réputation sulfureuse de BRIGITTE  la Tour de Départ des années 60 et impressionnait les élèves lors du premier contact .

C' est la montée en puissance du système prémilitaire ,,jusqu' à en faire le  recrutement privilégié des Appelés Volontaires Parachutistes ,qui fit disparaitre la tour de Départ  et sa soeur ,d'un format plus modeste Les premis ayant clairement montré leur détermination en sautant dans un contexte quasi militaire il devenait inopportun de pratiquer une sélection aux agrés pour leur attribuer le Brevet(Voir à ce sujet LA TOUR DE SAUT du CAMP d' IDRON au chapitre MEMOIRE d' ANCIENS)
 
Cette tour désignée Tour d' Atterrissage (TA) sur les manuels d'instruction était plus  connue dans l'usage courant sous le nom de Tour d' Arrivée .(TA)
 
   
 
          " En fait il existe deux TA identiques La Tour 1° rénovée et motorisée fonctionne automatiquement ,les contrepoids et le freineur ont été supprimés Cette tour est en service depuis les années 2000 ..La Tour 2° dans son état d' origine au moment ou ces lignes sont écrites devrait être détruite en 2014 ou 2015  En arrière plan notre sympathique camarade Bernard GARDIEN "
 
 
 
 
              " Cette photo montre le fonctionnement de la T.A. L' élève montait sur la première plateforme .Les élévateurs de son harnais étaient mousquetonnés aux sangles du cadre oscillant .Après que le moniteur eut ouvert le portillon qui interdisait un franchissement inopportun  , l' élève faisait un pas dans le vide et prenait la position d' atterrissage correspondant au rouler à effectuer .Le moniteur levant le pouce criait :OK freineur !!! A ce signal le freineur qui opérait sur la plateforme supérieure relachait le frein et libérait le cadre ...La descente commençait à la vitesse qu' autorisait le contrepoids sur l' angle défini par le cable porteur (: environ 30° ) de façon à produire un peu de dérive ."
 
   
 
                Le cable porteur fixe est tendu manuellement au moyen d'une manivelle L' angle d'inclinaison est maintenu constant par un cable perpendiculaire fixé au sol à ses deux extrémités  Ce dispositif renforce en outre l' effet  de tension On voit le butoir à ressort destiné à limiter le mouvement de descente du cadre oscillant pour éviter en particulier qu'il ne vienne heurter l' élève à son arrivée au sol
 
   
 
              " Vue de la Tour N° 2 Aux 4 portes correspondent 4 systèmes de frein Sur l' agrandissement on voit le frein de la porte à gauche  . C' est un levier( vu horizontal d' en bas ) il comporte un contrepoids parallelipipédique pour faciliter en l' amplifiant l' action du freineur Une action sur le levier permet de serrer le cable dans un système de mâchoire jusqu' à complet blocage  "
 
   
 
            " La tour d' atterrissage  ,vue d' ensemble avec un élève en action Les deux élèves sont en positon pour des rouler latéraux .Le choix des points d' accrochage du harnais déterminait le type de rouler "
 
   
 
             " Deux élèves en position d' atterrissage pour un rouler avant .(Leçon 9 et 10 du Manuel du Moniteur L' atterrissage ) On voit les élèves en attente équipés des harnais Ces harnais sont en tous points identiques à ceux des parachutes en service .Les poignées indiquent un Ensemble de.Parachutage .Individuel (EPI ). contrairement aux modèles plus anciens ou la traction s' effectuait directement sur les élévateurs "
 
   
 
                                                                                                                    " Réception de deux élèves qui tiennent plutôt bien la position  "
 
   
 
   " Une arrivée un peu en vrac .Notez le faisceau de harnais Un parachutiste assis sur son casque lourd illustre le commandement "Tapez vous la bague " invitant les élèves à un instant de repos assis .
 
                Pour l' anecdote on peut rappeler que certains moniteurs facétieux , prenaient soin de neutraliser le contrepoids pour faire une surprise au camarade qui prenaient les agrés en compte aprèe eux.
Comme la séance débutait par une démonstration solennelle du moniteur ...il prenait une gamelle retentissante devant son stick ...ce qui constituait une déplorable introduction à la séance .
Les Parachutistes sont parfois  de grands enfants adeptes de joies un peu simples
Bien entendu dans les années 80 du CAMP de SOUGE et encore plus dans les années 90 et suivantes du CAMP de PAMIERS ces plaisanteries n' avaient plus cours .(Précaution du rédacteur ..pour le cas ou ??? car il existe aussi des parachutistes grincheux !!! )
 
 
                                          " Un groupe d' élèves équipés des harnais d'instruction et casqués est prêt à grimper sur la plateforme de la tour .Belle composition photographique "

 

- REQUIEM pour une tour d' atterrissage .
 
 Un mois après avoir photographié , en compagnie de notre camarade Bernard GARDIEN  La Tour d' Atterrissage N° 2 , cette dernière était livrée aux ferrailleurs .Pour faire bonne mesure ils ont  ont également totalement démonté les fameux hangars de l' ITALA ...Instruction du Transport Aérien et de la Livraison par Air
Faut il le déplorer ? Fallait il conserver ces souvenirs des années passées?
Bien d' autres composants de l'instruction ont disparu : quid de la soute de JU 52 ? quid des systèmes DAKOTA , NORD 2501 ? quid des soutes des divers hélicos ?
L' ETAP n' a pas vocation à se transformer en immense cimetière ,en outre elle ne bénéficie pas des moyens nécessaires à l' entretien de ces témoins du passé .
Tempus fugit ...c' est ainsi !!!
 
   
 
               " Ils sont venus un triste matin sous un ciel lourd armés de leurs disqueuses ....après avoir tendu un câble de traction à hauteur de la plateforme de départ ...ils ont scié les pieds de la T.A. N°2  et l'ont mise à terre au moyen d' un treuil "
 
   
 
                          " La T.A. N° 2 s' est couchée sur le flanc , fracassée .Les petits hommes ferrugivores l'ont ensuite dépecée et chargée dans son tombeau :une benne rouge ." 
 
   
 
 " Gros plan sur la plateforme supérieure qui permet de voir le levier du freineur avec son poids amplificateur de mouvement . O.K. FREINEUR !!! prêt pour un ultime saut dans l'infini du recyclage des métaux "

 

Agrés de synthèse
 
                      l'instruction en vue du Brevet des Parachutistes se déroulait parfaitement bien avec les tours , les portiques pour harnais suspendus , les bancs , les maquettes ...héritage à peine modifié des précurseurs de l' après second conflit mondial ...mais pour le technocrate avide de modernité cela avait un petit air de vétusté ...
Alors dans les années 80 l' ETAP s' est doté d'une machine qui permettait d' enchainer toutes les opérations du " saut en automatique" , depuis la sortie jusqu'à l' atterrissage ...L' agrés de synthèse était né !!!
Synthèse est bien le mot à retenir car ce nouveau matériel ne permettait pas de s' affranchir des différentes phases de l' apprentissage sur les matériels anciens  mais bien de les relier en une sorte de restitution globale .Devenu la vitrine de l' ETAP l' agrés de synthèse était surtout utilisé pour les démonstrations ... sa mise au point fut plutot laborieuse
 
   
 
              " Vue d' ensemble de l' agrés de synthèse .En arrière plan la Tour d' Atterrissage  En 1990 ou 91 ( Général Paul URWALD )nous avions présenté ce magnifique ensemble de synthèse à une importante délégation russe .Le peu d'interet que les Généraux et autres Officiers russes avait montré nous avait quelque peu étonnés ...sans doute , avions nous pensé ,nos visiteurs étaient  un peu dépités par notre avance technologique .. COCORICO  !!!.En 1996 le rédacteur a eu le bonheur de conduire une délégation française en RUSSIE à TULA garnison d'une unité aéroportée .Lors d'un déplacement en car sur la base ,nous avons vu le jumeau de notre agrés de synthèse . Son état  de délabrement indiquait d'une part qu'il s' agissait d'un matériel ancien et d' autre part qu'il n' était plus utilisé .Questionnés nos camarades russes nous ont déclaré que le materiel était très vieux et abandonné . l' attitude de la délégation russe à l' ETAP s' expliquait alors parfaitement .Peut être un fruit de l' espionnage entre l' Occident et le Rideau de Fer ??? A moins qu'il ne s' agisse d'une forme de coopération ??? A chacun de se faire sa religion sur le sujet ! "
 

   
 
             " Les élèves sont disposés en spectateurs de manière à faire leur profit de l' expérience des camarades  .Notez que l'on peut s' assoir de deux façons sur le casque : versions concave ou convexe de "se taper la bague " élégant vocable déja cité . "
 
   
 
                                                                                             " En position !!!  GO !!!  Exactement comme dans l' avion .Beau lancer de la jambe gauche "
 
   
 
            " Position regroupée en attendant l'ouverture ,puis vérification de coupole Ces vues montrent la forme arrondie du seuil de saut et le filet de protection pour le cas ou le parachutiste tomberait (?)  ...On observe de part et d' autre les maquettes porte de droite ou porte de gauche Ici la porte de gauche est en service .Le choix de la porte est programmé pour toute la séance Techniquement il serait possible d' alterner les sorties mais la mise en configuration à droite puis à gauche du rail porteur prendrait trop de temps "
 
   
 
            " Tour d'horizon La forme élaborée du cadre oscillant (charriot )faisant office de coupole est bien visible D' après le marquage au sol le parachutiste est à peu près à 200 mètres d'altitude Une douzaine de charriots est disponible Ils fonctionnent en circuit Dès que l'élève est décroché après la séquence- éviter d' être trainé- le charriot poursuit sa route et rentre dans la tour pret pour recevoir un nouvel élève "
           

 

   

                                                          " Après le tour d'horizon descente sous voile sans action sur les commandes Un rouler arrière et un latéral gauche sont en gestation "

   

 
                                                                                        " Position d' atterrissage Tractions franchement affichées avec les poignées de commande . ."
 
   
        
 
                                                                                                            " Après un atterrissage 100% arrière , éviter d' être trainé ."
 
            Aussi perfectionné que soit l' agrès de synthèse il ne permet pas de réaliser toutes les opérations que doit effectuer le parachutiste lors d'une séance de saut ..
 
   
 
                                                 " Le groupe de saut ( GDS) ex stick pour les anciens perçoit les parachutes d'instruction au sol..,pour réviser les opérations d' après l' atterrissage "
 
   
 
         mise à plat en tension du parachute et des suspentes ,élimination de tout objet susceptible de causer des détériorations , puis brassage pour rejoindre le point de regroupement sans détériorer la voile avant de  procèder au pliage sommaire et de réintégrer  "
 
Nota Bene : Agrès est un nom masculin pluriel que nous prenons le risque d' employer au singulier ...car dans l'usage il en est ainsi .
 
 
 

Lors du stage pour l'obtention de Brevet les Groupes de Saut participent à de nombreux services .On a appelé cela "corvées " puis "TIG.( travaux d'interet général )" ce qui revient exactement au mème pour le parachutiste mais satisfait  sodomiseurs d'hémiptère et autres adeptes de la nov langue .

   

                        Ce groupe de saut décharge les camions pour  aérer les voiles en les suspendant dans la tour de séchage de la C E P " Il s'agit de parachutes ventraux TAP 511 F2 principalement mais aussi TAP 511 F1. Les ventraux sont d'abord déchargés par un groupe de saut en soirée. Ils sont ensuite déposés au pied des mâts d'accrochage de la tour d'aération.

 
   
 
                       Les manutentionnaires portent des casques de protection -conformément aux directives de prévention des accidents du travail -pour le cas ou un objet contondant viendrait à choir " Les mêmes parachutes - des  ventraux -sont ensuite "craqués" à la main et accrochés deux par deux par nacelle par du personnel de la 3ème compagnie. Ils sont ensuite suspendus pendant minimum 4 heures. En réalité à l'ETAP ils y séjournaient en moyenne 12 heures.
 
 
Une visite de la CEP est organisée pour  les stagiaires . Il était essentiel pour l'ETAP d'associer les groupes de saut au travail de la CEP et de leur faire visiter ce travail logistique indispensable à la mise à terre des parachutistes. En effet, ils pouvaient se rendre compte que la chaîne de pliage commençait sur la zone de saut lors du pliage sommaire. Lorsqu'il déchargeaient les parachutes ils constatient par eux même des désagréments pour l'aération de parachutes avec un pliage sommaire sur zone mal effectué. Lors des visites du lieu, ils pouvaient se rendre compte notamment, du sérieux du travail effectué, des contrôles minutieux opérés, de la qualité recherchée, de la priorité accordée à la sécurité tout le long de la chaîne de pliage. Tout cela contribuait à les responsabiliser et à les mettre en confiance. Le taux de détérioration des parachutes à l'ETAP était le plus bas de tous les centres de pliage.
 
   

 

 
     il s'agit du pliage des parachutes dorsaux TAP 696-26 dont était dôtée l'ETAP. Le dorsal TAP 696-26 et le ventral TAP 511 constituaient l'ensemble de parachutage individuel du combattant (EPI)
 
   
 
                     Il s'agit de la vérification des parachutes TAP 696-26 et TAP 511 avant pliage. La totalité des parachutes était visitée dans une salle dédiée à cette fonction. Les "visiteurs de parachutes s'assuraient du bon état des matériels. En cas de détection de défectuosité ils étaient retirés du circuit et envoyés à l'organisme de réparation à l'ETAMAT de Montauban.

 

 

L'instruction au sol terminée, le stagiaire passe à la phase dite en vol .
 
   
 
                      " Inspection à l' aire d' embarquement de l' ETAP .L'inspection est passée par les moniteurs qui encadrent les groupes de saut (GDS)  dans le cadre des sauts de Brevet et par les cadres organiques des unités dans le cadre des sauts d' entretien ou de manoeuvre .En effet l' ETAP délivrait des qualifications aux chefs de groupe et  chefs de section comportant notamment l' aptitude à passer l'inspection au sol .Cette mesure de bon sens allégeait la charge des moniteurs de l' ETAP et de la BOMAP  et rendait à l' encadrement organique la plénitude de sa fonction de commandement ."
 
   
 
                       " Au cours des années 80 l' aire d' embarquement a été équipée de hangars pour mettre matériels et parachutistes à l' abri des aleas climatiques Il s' agit d'un saut avec gaine .Ces photos permettent de décrire les matériels en usage dans les années 90


Dorsal TAP 696-36
Parachute de 74 M2 ayant la particularité de disposer de 4 grandes fenêtres permettant de contrer le vent au poser pour un meilleur poser (fenêtres fuseaux 3, 9, 15 et 21). 24 fuseaux et 5 panneaux par fuseaux.
Ce parachute avant l'avantage par rapport au T10 US de ne pas avoir de balancement.
Avec l'évolution des équipements et du gabarit des jeunes générations des parachutistes, sa capacité (130 kg max sous voile) s’avérait insuffisante.

Ventral TAP 511 F2
Parachute de 52 m2. Il pouvait assurer une vitesse de descente confortable suite à ses cordeaux centraux qui  donnaient une forme particulière à la voile (cheminée rentrée). Il disposait d'un système d'aide au déploiement DAD composé d'un gros ressort mécanique et un parachute souple extracteur.

Gaine EL 32
Permettant d'emporter sac à dos et munitions. elle permet d'emporter une trentaine de kilos (protection par toile robuste, feutrine de protection et un ensemble de sangles).

Gaine EL 33 gaine d'armement (FAMAS) assujettie sur le côté de l'EL 32."
 
 
   
 
 l'Inspection passée il ne reste plus qu' à attendre l' embarquement .Bien que de grands progrès aient été accomplis au plan ergonomique la phase d' attente est toujours aussi pénible pour les paras équipés.                                                                                                                      "  Au second plan des chuteurs également en attente  "
 
   
 
               " Cette photo illustre bien l'inconfort du moment Chacun tente de trouver la position la moins pénible mais la bonne humeur règne comme en témoigne ce Caporal jovial .Quand l' attente risque de durer les parachutistes équipés et répartis par câble sont assis dos à dos, ce qui apporte un net soulagement "

 
   

    " Afin de rentabiliser le temps disponible entre l' arrivée sur la zone d' embarquement et la perception des parachutes  les Sections  s' entrainent à la technique de l' aérotransport En bord de piste on aperçoit la tour de l' Aéroport de PAU UZEIN et les avions de transport C 130 (gros plan ) et C 160"

   

 
  " La bête arrive  ses  rugissements amplifient lorsqu'elle tourne  . (Ici un C 130 ) Impavides les Appelés Volontaires Parachutistes du 1° RCP vont au devant de leur destin ."
 
   
 
           " Les moniteurs déverrouillent la rampe d' accès à la soute que le chef largueur abaisse jusqu' au sol à l' aide de son boitier de commande Un moniteur guide à vue les derniers centimètres pour ne pas heurter le sol ".
 
   
 
                 " Le chef largueur  !! Souvent coiffé d'une casquette , il se tient porte de gauche Il est en liaison avec l' équipage .Il commande l'ouverture et la fermeture  de la rampe d' accès ainsi que des portes  de saut .Il coordonne le travail des largueurs et aides largueurs  Il veille à l'observation des signaux sonores et lumineux Bleu , Vert , Rouge ...Bien que certains Officiers et Sous Officiers soient titulaires d'une qualification de chef largueur ,cette mission est assurée par la Base Opérationnelle Mobile Aéroportée (BOMAP ) Dans la soute il est le CADOR ,le BIG BOSS ...."
 
   
 
               " Deux largueurs et deux aide largueurs en habit de lumière accueillent les sautants Ils ont enfilé leurs parachutes de sécurité pour le cas ou il faudrait quitter l' avion en urgence  ou s'ils venaient intempestivement à franchir la porte  Cet habit de lumière était régulièrement porté par les élèves moniteurs de l' ETAP lors de leur qualification en vol  pour la phase largage "
 
   
 
                                                " En colonne double  ,face à la soute Cables A et B à gauche , Câbles C et D à droite .Sur le coté un moniteur compte les sautant porte de gauche "

 

 

 

 

                                                                                     

  Pour aller à la page 2 et à la suite de ce sujet, cliquez ici ►SUITE

 

 

 

                                                  

      www.1rcp.fr

 

 

 

 

 

Suite

campidron.fr  | campidron@wanadoo.fr