Accueil
AMICALE 1er RCP
AAMCI
Formulaire de contac
Notes de l'auteur
LES NEWS DU SITE
PLAN DU SITE
LIVRE D'OR
avec les paras du 1°
les premiers du 1er
Guerre 39/45 1er RCP
Vosges et Alsace
La neige et le feu
de Jebsheim à Avord
Création Pau / Idron
Vues CAMP D'IDRON
Colonel de FORNEL
Le Camp du Hameau
CAMP IDRON l'abandon
RUINES CAMP IDRON
Epilogue du Camp
Humour au 1er RCP
Humour Parachutiste
1° RCP en Indochine
Dien Bien Phu
la 3° en Indochine
NIEUPORT
Algérie (jumelles)
Algérie 1er RCP
1er RCP Algérie
Commandant PHILIPPON
Royal Auvergne  AFN
18° R.C.P. Algérie
18° RCP
L'escadron Algérie 1
L'escadron Algérie 2
L'escadron Algérie 3
L'escadron Algérie 4
L'escadron Algérie 5
Noir 1 en Algérie
1° RCP et le putsch
Moulins-les-Metz
Mort pour la France
Années 60, CQG
Manuel et Moniteur
Agrès et Tour IDRON
Mouchoirs d'Instruct
Poignards au 1° RCP
Gaines Individuelles
Les quilles 1er RCP
caricatures
Goliath Chien Para
Para neige d'antan
Les années Pinatel 1
Les années Pinatel 2
Les années Pinatel 3
ANNEES 70 CAMP IDRON
Témoignages 1971
Témoignages 1971 (2)
juillet 1971
Pentathlète (1)
Pentathlète (2)
La piste le camp (1)
La piste le camp (2)
Les Milans
Volontaire para 1
Volontaire para 2
Volontaire para 3
Volontaire para 4
Volontaire para 5
Volontaire para 6
Volontaire témoign..
Exercice N'DIAMBOUR
Exercice KATCHA-MAYU
La Finul 1980
Drakkar 1
Drakkar 2
Drakkar 3
le Camp de Ger
1ere Comp 1er RCP
2eme comp 1er RCP
La 2 sur le Caillou
3° Compagnie 1er RCP
La 3 au Gabon
La 3 à la Réunion
Poisson avril Noir 4
4° compagnie 1er RCP
C A 1er RCP
La C A à Bou Sfer
La Section RASURA
l'escadron de reconn
CCS du 1er RCP
12° compagnie 1 RCP
l'ordinaire d'Idron
Musique 11° DP 1
Musique 11° DP 2
Musique 11° DP 3
Musique 11° DP 4
La meilleure façon..
Mémoire d'Anciens
Les 3 B du 1er RCP
Hôtel SC Borde
Saint Michel
Chefs de corps
Héritage 1° RCP
Héritage/symbolique
Fanions du 1° RCP
Officiers Appelés
1 RCP camp de Souge
1er RCP PSO en stage
Ephémérides Souge
En stage à l'ETAP
Fanions du 9° RCP
Fanions du 14° RCP
Histo du 18° R.C.P.
Fanions du 18° RCP
Requiem Parachute
More Majorum
Le BF au Cambodge
Prière d'un fanion
Général de Biré
Un Officier Para
Où est donc Gillou
Jacques Geraud
Le Camp en 2016
Liste Brevets Paras

 

copyright campidron

  

  Le 30 juillet 1971 une promotion d'élèves officiers qui avait prit place à bord d'un Nord 2501 pour le Brevet de Parachutisme Militaire s'écrase sur la lande Paloise. Le 1er R.C.P participera à la levée des corps.  

   

 JE VAIS TENTER DE.......Le personnel de la tour de contrôle de la base aérienne 119 de Pau n'entendra rien de plus. - Le nord 2501 FR.BABB, avec à son bord 34 parachutistes et 3 membres d'équipage vient de s'écraser dans la lande qui entoure la zone de saut. Il est 14 heures 54 ce 30 juillet 1971. Des débris de l'avion d'où s'élève une colonne de fumée noire les sauveteurs mettront 3 heures pour dégager les corps. 

Pour effectuer les six sauts réglementaires qui feront d'eux des brevetés parachutistes cent vingt sept élèves de l' E.M.I.A. avaient pris sur leur temps de permission. - Dans le groupe désigné pour sauter en premier, vingt trois élèves promus sous-lieutenants le 25 juillet, sept sous-officiers d'encadrement, et deux officiers, tous venus de Coetquidan.

Avec eux un capitaine et un sous-officier moniteurs a l' E.T.A.P. Dans la cabine de pilotage du noratlas deux pilotes et un mécanicien. Deux autres hommes les accompagnaient. Un lieutenant, parachutiste confirmé et le chef de l'instruction parachutiste de la B.E.T.A.P. Ces deux hommes sautèrent 2 minutes avant l'accident.
TOUT ÉTAIT NORMAL A BORD.   

   

                                Le capitaine de Montlebert et le lieutenant Garrot de l' E.M.I.A. Ils sautèrent 2 minutes avant l'accident.  

   

 Sur la base aérienne 119 ils sont des milliers à s'entasser dans un hangar d'aviation tendu de toiles de parachutes pour rendre hommage aux 37 victimes du nord 2501. - Derrière les 2 rangées de cercueil recouvert du drapeau tricolore, l'autel sur lequel monseigneur Vanel,vicaire aux armées et monseigneur Vincent, évêque de Bayonne, célèbreront la messe.

En attendant l'arrivée des personnalités, dans le silence impressionnant parfois entrecoupé d'un sanglot, un harmonium joue en sourdine. - A 10 heures 50, un mystère 20 se pose sur la piste. Le ministre d'état chargé de la défense nationale vient s'associer à la douleur des familles.Tous les grands chefs militaires français l'accompagnent.  

                                Les élèves de l'école militaire défilent devant les corps de leurs camarades pour un dernier hommage.  

   

   

Le 30 juin 1972, le Général de Boissieu, Chef d'Etat-Major de l'Armée de Terre, inaugurait à Coëtquidan la stèle érigée à la mémoire des disparus. Les 37 militaires victimes de l'accident, morts en service aérien commandé, ont été cités à l'ordre de l'armée à titre posthume. 

Dans le cadre de leur formation, les élèves de l'école militaire interarmes doivent effectuer six sauts réglementaires afin d'obtenir leur brevet de parachutiste. Le 30 juillet 1971 à 14 heures 54, la 10ème promotion "GÉNÉRAL KŒNIG" (EMIA 1970-1971) perdait 23 élèves officiers, accompagnés de 2 officiers et 9 sous-officiers de l'encadrement des écoles de Coëtquidan et de 3 membres d'équipage, dans l'accident aérien d'un Noratlas, l'avion NOD 2501, F-BABB N°49. Les jeunes sous-lieutenants avaient reçu leurs épaulettes quelques jours auparavant à Coëtquidan au cours d'une cérémonie. C'est sur leur temps de permission qu'ils étaient venus effectuer à l'école des troupes aéroportées de Pau l'ultime stage indispensable pour obtenir le brevet parachutiste.

 Éloge funèbre des victimes de l'accident aérien de Pau prononcé le 3 août 1971 par monsieur Michel Debré, ministre d'État chargé de la Défense nationale.

 Vendredi, alors que familles accablées, camarades désolés, français tristes et stupéfaits apprenaient, par le télégraphe, le téléphone, la radio, la télévision, tous les moyens modernes grâce auxquels le monde désormais connait tout, partout et tout de suite, à combien d'entre nous s'est imposée une image qu'un poète vieux de deux mille ans a éternisée !

Dans l'empire des morts, un visiteur, étreint par l'angoisse, voit défiler devant lui l'ombre des personnages illustres dont le récitant rappelle tour à tour les mérites remarquables. Surgit l'ombre d'un adolescent et le poète dit : « Tu seras Marcellus ». Il ajoute : « Apportez des lis à pleines mains. » Ce simple vers évoque l'homme jeune que son esprit, sa vocation, son audace destinaient à une carrière insigne et que la mort a saisi alors qu'il était promesse et espérance. Devant ces jeunes cercueils, devant tant de promesses en un instant brisées, tant d'espérances en quelques secondes anéanties, comment ne pas redire : « Apportez des lis à pleines mains ! »

BERTHE, BOJU, CARTAL, COULLEREZ, DEL TOSO, DELARCHE, DHÔME, DUCATILLION, ERBA, FLORI, GUILLAMET, KERLEGUER, LABRIET, LAFFITTE, LANTERME, MEGEVAND, PETERS, PINA, PY, ROUSSEAU, SENSFELDER, TACHET, ZANGARELLI, vingt-trois dont aucun n'avait plus de trente ans, dont beaucoup n'avaient pas vingt-cinq ans, il y a moins de dix jours, sur la place d'armes de Coëtquidan, pour saluer ce galon de sous-lieutenant, consécration tant attendue de vos années de service et de vos longues heures de travail, un genou en terre, avec toute votre promotion, vous chantiez. Dans la nuit d'été qui couvrait la lande bretonne, avec ses astres brillants et ses étoiles nombreuses, vos voix graves montaient vers le ciel : « Mon Dieu donne-moi la foi — donne-moi force et courage et l'ardeur au combat — Mon Dieu donne-moi la souffrance. »

Pour mieux résumer les sentiments de fierté que vous éprouviez à l'égard de ces jeunes, général Richard, qui les connaissiez si bien, vous m'avez dit : « Une centaine d'entre eux m'ont demandé de prendre sur leur temps de permission, la durée d'un dernier stage à l'école de Pau, afin d'être officier parachutiste et, dès demain, volontairement, ils y partent. »

Ils avaient la foi. Ils avaient force et courage. Ils ont eu la souffrance et sont morts comme meurt le soldat au combat.

Avec eux, pour eux sont morts des officiers et sous-officiers de l'École militaire interarmes de Coëtquidan qui, responsables de l'entraînement physique et des sports, les avaient accompagnés. Avec eux, pour eux sont morts un officier et un sous-officier de l'École des troupes aéroportées de Pau qui avaient la charge de leur stage. Avec eux, pour eux sont morts un officier et deux sous-officiers de l'armée de l'Air qui formaient l'équipage de l'avion.

Capitaine BUISSON, et capitaine MALLET, lieutenant GALICE et lieutenant REMY, adjudant ABDI, adjudant HAVET, adjudant SERGENT, adjudant SION, maréchaux des logis-chefs CARLU, GRUSELLE et PERRON, sergents-chefs PICCERELLE et TONDEUR, sergent DUBOSQ, vous aviez dans l'armée de nombreuses années de service. Plusieurs d'entre vous s'étaient signalés dans les batailles d'hier et des croix méritées brillaient sur vos poitrines, dont la Légion d'honneur du capitaine BUISSON et du capitaine MALLET et plusieurs Croix de la valeur militaire. Tous vous aviez la passion de votre métier, les uns d'instructeurs ou de moniteurs, les autres de pilotes ou de mécaniciens. La tâche quotidienne qu'avec zèle vous accomplissiez était éclairée par la flamme du dévouement qui brillait dans vos cœurs de soldats. Vous n'avez jamais hésité devant l'entreprise d'un devoir que vous saviez périlleux. Vous portiez très haut un témoignage — celui de la qualité dans nos écoles militaires, des chefs et gradés qui, pour mieux instruire, donnent l'exemple.

Épouses, enfants, parents, vous pour qui désormais les jours ne seront jamais plus ce qu'ils étaient, amis et camarades, qui garderez fidèlement le souvenir de ceux que vous avez si bien connus — au-delà de votre douleur — au-delà de cette marque officielle de compassion que les forces armées de la France vous apportent par ma voix — au-delà du message qu'en votre épreuve je vous transmets au nom du Président de la République — au-delà des condoléances que vous adressent le Gouvernement et les commissions parlementaires de la Défense — au-delà de ce cérémonial militaire qui, par sa sobriété émouvante, traduit notre unanime émotion — que la pensée de ces morts nous confirme dans nos convictions et nous guide dans notre action.

La vocation militaire n'a rien de mystérieux. Elle traduit la volonté de donner un certain sens à la vie. Pour les uns, avec une conscience très claire des exigences nationales et du bien de l'État, pour d'autres, plus confusément peut-être, mais avec le même désintéressement et la même noblesse, il s'agit de mettre son corps et son esprit en état de servir une cause, qui est celle de la patrie française. Que le corps soit prêt à toutes les exigences de l'effort, de la compétition, du danger, que l'esprit soit disposé à toutes les techniques et tactiques du combat, qu'au-delà du corps et de l'esprit l'âme soit ouverte aux risques d'un métier élevé par ses servitudes autant que par ses gloires au rang d'une vocation ! Françaises et Français, dans les peines et les joies, les soucis et les insouciances de la vie quotidienne, doivent savoir que leur fierté de femmes et d'hommes libres tient à de telles vocations et qu'aucun grand peuple ne peut subsister si chaque année ne jaillit de son sein des hommes de foi et de caractère, totalement disponibles à son service.

Ceux qui sont morts étaient de ces hommes-là !

En un temps où aucune nécessité de combat ne nous mobilise, où aucune menace directe, immédiate, n'apparaît sur nos têtes, on surprend ici et là des recherches sur la hiérarchie des valeurs humaines et sociales. Certains dont la mémoire est courte, et sommaire le jugement sur les réalités terrestres, s'interrogent même sur le meilleur usage de la liberté. Curieuses recherches et inutiles interrogations ! Depuis des temps très lointains, la réponse a été donnée et les générations qui avaient l'âge d'homme alentour des années 14 et 40 de notre siècle peuvent le confirmer sans peine. La première des valeurs, c'est la dignité humaine, et la première des vertus à son service, c'est le courage ; sans courage, point d'honneur ; sans courage, point de sens des responsabilités ; sans courage, point de foi ! Or, où il n'est point d'honneur, de sens des responsabilités, de foi, il n'est ni dignité humaine ni ardeur nationale pour l'assurer.

Jeunes sous-lieutenants qui veniez à peine de terminer votre temps d'école, instructeurs et moniteurs de l'école de Coëtquidan et de l'école de Pau, membres de l'équipage de l'air, vous apparteniez a la race de ces Français courageux qui font la France, et votre mort, dans notre souvenir, vous place au premier rang. Au moment où une profonde peine désespère celles et ceux qui vous étaient proches, et pour qui vous étiez les êtres les plus précieux ; au moment où une grave tristesse étreint le cœur de vos chefs, assombrit les jours de vos amis — nous éprouvons de votre mort une volonté plus ferme de mieux satisfaire aux impératifs qui furent ceux de votre vie trop brève : le bien de la Nation, qui ne vous oubliera pas — la liberté des citoyens, qui savent les obligations qu'ils vous doivent, à vous et à vos pareils, et la gloire d'une armée que votre mort renforce dans la connaissance de sa mission éternelle. 

 

 

  SOUS-LIEUTENANTS DE LA PROMOTION GÉNÉRAL KOENIG (1970 - 1971) :

BERTHE François, 23 ans, marié, un enfant

BOJU Jean, 26 ans

CARTAL Bernard, 28 ans, marié

COULLEREZ Jean-Claude, 24 ans, marié, un enfant

DELARCHE Pierre, 26 ans

DEL TOSO Lionel, 25 ans, marié, un enfant

HÔME Jacques, 30 ans, marié, un enfant

DUCATILLION Gérard, 23 ans

ERBA Michel, 26 ans, marié

FLORI Jean-Marc, 25 ans

GUILLAMET Jean-Bernard, 24 ans

KERLEGUER François, 28 ans, marié, un enfant

LABRIET Bernard, 24 ans

LAFFITTE Jean-Paul, 24 ans

LANTERME Jean, 25 ans, marié

MÉGEVAND Albert, 27 ans, marié, deux enfants

PETERS Alain, 24 ans

PINA Alain, 24 ans

PY Yvon, 26 ans, marié, un enfant

ROUSSEAU Christian, 23 ans

SENSFELDER Bernard, 26 ans, marié, un enfant

TACHET Didier, 22 ans

ZANGARELLI Serge, 27 ans, marié, un enfant

INSTRUCTEURS - École Spéciale Militaire de Saint-Cyr et École Militaire Interarmes de COËTQUIDAN

Capitaine MALLET Henri, 105 sauts, chevalier de la Légion d'honneur, quatre citations, blessé au combat, 39 ans, marié, deux enfants

Lieutenant RÉMY Michel, 327 sauts, une citation, blessé au combat, 32 ans, marié, deux enfants

Adjudant ABDI Mohamed, 29 ans, marié, deux enfants

Adjudant SION Christian, 28 ans, marié, deux enfants

Maréchal-des-logis-chef CARLU Joël, 26 ans, marié, un enfant

Maréchal-des-logis-chef GRUSELLE Noël, 21 ans

Sergent-chef PICCERELLE Georges, 173 sauts, 30 ans, marié, un enfant

Sergent-chef TONDEUR Marc, 21 ans, marié, un enfant

Maréchal-des-logis, PERRON Patrice, 21 ans

INSTRUCTEURS - École des Troupes Aéroportées de PAU

Capitaine BUISSON Michel, 161 sauts, chevalier de la Légion d'honneur, quatre citations, 38 ans, marié, deux enfants

Adjudant SERGENT Georges, 277 sauts, 31 ans, marié, 3 enfants

MEMBRES D'EQUIPAGE - Escadron de Transport 02/063 de la Base Aérienne 119 de PAU

Lieutenant GALICE Claude, premier pilote, 2498 heures de vol, 93 missions de guerre, une citation, 34 ans, marié, un enfant

Adjudant HAVET Michel, mécanicien, 1471 heures de vol, 32 ans, marié

Sergent DUBOSQ Jean-François, second pilote, 433 heures de vol, 23 ans, marié

                                                                          --------------------

D'autres nouvelles au Régiment en 1971: Une importante prise d'Armes a eu lieu au Camp d'Idron où les jeunes recrues de la 71/04 ont reçu la traditionnelle Fouragère, heritage de leurs Glorieux Ainés. à cette occasion l'Adjudant Martini a reçu des mains du Colonel Brenac, Chef de Corps, la Médaille Militaire. 

Les mutations au 1er RCP : le chef de bataillon Soutiras est muté à l'état major de la 2eme BP. le chef de bataillon Tirat est muté à Schongau , le capitaine Bich à Aix en Provence , le capitaine Blanc à Montlouis , le capitaine Pinatel à Paris , le lieutenant Desplanches à Versailles , le lieutenant Ertoran à Orleans , le lieutenant Chenebeau à St Maixent , le lieutenant Marcille à Coëtquidan , le lieutenant Baudin à l' ETAP , le lieutenant Mignot à au camp du Valdahon , le lieutenant Maupoumé au 2eme REP , le sous lieutenant Pennec...dans ses foyers , l'adjudant Collin au 24eme GMC , l'adjudant Devauchelle à Cercottes avec l'adjudant Dangoumau , adjudant Texier à Grenoble , l'adjudant Verdy à Chamonix , l'adjudant Margieu à Issoire. 

Ils arrivent à Idron : les chefs de bataillon Bongeot , Charousset , Fressy. le capitaine Vola. les lieutenants Calvet , Richou , Repellin , Dureau , Tantot , Cazabat , de Badts , Zanchi. les sergents-chefs Proux , Daurel. Nguyen. nominations : au grade de capitaine le lieutenant Guinard, au grade de sergent-chef le sergent Balmay

Prise de Commandement : le capitaine de Warren la 3eme compagnie, le capitaine de Candolle la 11eme compagnie, le capitaine Maldame la CB. 

LE CLUB SPORTIF : en canoé ont effectué leur première descente , l'adjudant Barral , le S/C Kaufmann. en kayak , l'adjudant Arnaud , le S/C Bourguignon , 1ere classe Tillerot. en canoé balai sergent Gogolewski, en canoé compétition adjudant Schwanke 

En juin 1971 les Rouges sont à Collioure, la deux part ensuite à Montlouis. S'est déroulé aussi en juin l'opération Centrex qui valut au Régiment les félicitations du Général Usureau.

 

 

    www.1rcp.fr

 

 


webmestre  | jean-luc.hemar@orange.fr